Portraits de soignants face à la crise du coronavirus

Afin de rendre hommage aux soignants français et/ou américains mobilisés dans la lutte contre la Covid-19 aux Etats-Unis, nous vous proposons une série de portraits de ces soignants dans quelques villes de notre circonscription. Merci à eux pour leur engagement, merci d’avoir partagé les moments de solidarité dont ils sont témoins durant cette crise et merci également pour leurs messages à l’égard de la communauté française.

Anne CARON LECLERCQ - Austin

Je suis sage-femme depuis 2004, et sage-femme diplômées aux Etats-Unis depuis 2016. Je travailles depuis 2015 à Austin Area Birthing Center.

En France, j’avais mon propre cabinet et je travaillais en salle d’accouchement dans une clinique. Je suis formée aussi en Haptonomie, Science du toucher et de l’affectivité, qui permet de soutenir et de confirmer les parents dans leur cheminement de père et mère en devenir.

Anne Caron Leclercq - JPEGAux Etats-Unis, je continue mon métier de sage-femme en tant que "Certifed professional midwife”. Je ne suis pas reconnue en tant que nurse midwife donc je ne peux pas travailler dans les hôpitaux. Je travaille dans une maison de naissance et je suis ravie d’avoir trouvé un lieu qui me permet de rallier les 2 activités, libérale et hospitalière, que j’exerçais en France. Austin Area Birthing Center est un birthing center qui accueille des parents qui recherchent une experience d’accouchement naturel sans médicalisation accompagnée d’un soutien auprès d’une équipe de sage-femmes soutenantes et expérimentées.

La crise du Covid-19 a été surprenante. J’ai eu l’impression, et je continue d’avoir cette impression, que nous vivons un vrai film Hollywoodien. Nous nous sommes retrouvés à changer nos protocoles, notre manière de travailler avec des changements quotidiens pendant des semaines. Nous donnions une information à nos mamans tout en leur disant cela peut encore changer du jour au lendemain. Nous nous sommes retrouvés à enlever tous les jouets de la salle d’attente pour éviter que les enfants les touchent, et soient vecteurs. Et finalement, à n’autoriser l’accès qu’aux mamans pour les visites prénatales. Nous avons du nous adapter pour faire des visites par vidéo conférence pour limiter le nombre de personnes présentes dans l’établissement en même temps. Seul le père et une autre personne de support peuvent être presents pour l’accouchement.

Je me souviens de la nuit où les Etats-Unis fermaient les frontières aux pays européens, une maman donnait naissance à son 3ème enfants avec ses garçons juste à coté, le père qui était pilote s’inquiétait de comment sa compagnie allait gérer cette crise.

La nuit suivante , je me retrouvais masquée pour accueillir un autre couple et leur père était surpris et effrayé du port du masque. Je me souviens de son regard intrigué et effrayé en même temps.

JPEGEt quelques jours après, une femme enceinte de 39 semaines me suppliait au téléphone pour être acceptée au birthing center en tant que nouvelle patiente pour éviter d’accoucher á l’hôpital et nous avons tout mis en place pour que cela puisse se faire alors qu’habituellement nous n’acceptons pas de nouvelle patiente après 35 semaines de grossesse. Ou encore un autre couple qui présentait son bébé å travers une fenêtre à sa grand mère. Nous avons alors commencé à organiser nos rencontres de groupes de parents sur Zoom en espérant que cela ne serait que ponctuel…

Toutes ces images simples et insignifiantes sont marquantes car elles font ressortir tous les problèmes que nous retrouvons maintenant quotidiennement : problèmes économiques, le port du masque obligatoire, comment gérer la peur du virus, comment gérer la socialisation et le parenting…

J’ai tellement d’autres histoires quotidiennes vécues qu’il m’est difficile de choisir comment représenter la solidarité. Notre philosophie est de toujours continuer à accompagner nos mamans et leurs partenaires avec le meilleur soutien possible en assurant le maximum de sécurité pour eux, pour nous, pour les autres parents que nous accompagnons.
Nous réfléchissons et mettons tout en place pour qu’ils se sentent sécurisés et soutenus.

Je sais que je suis sur le front et que lorsque je vais au travail, j’ai plus de risque d’être exposée au virus, et par la même occasion ma famille est plus à risque, mais je ne peux pas laisser mes jeunes mamans et futures mamans tomber dans le stress et l’angoisse et ne pas profiter de ces purs moments de bonheur que sont l’arrivée d’un bébé dans une famille.

Mon message à la communauté française et à la communauté toute entière est celui-ci : Soyez présent, soutenez-vous les uns et les autres. Chacun a besoin de se sentir soutenu, nous ne savons pas ce qui nous attend demain mais sentir que nous avons un parent, un ami, une communauté qui nous épaule, une personne présente pour entendre notre peine, notre peur, notre joie du moment.

Cette présence peut-être par lettre, un email envoyé, une video ou un appel transmis, un signe à travers une fenêtre, un dessin une méditation, une rencontre en social distancing….quelque soit votre manière de partager votre soutien et votre présence à l’autre, nous en avons tous besoin en période de crise.

Nicholas YAGODA - Austin

Nicolas YAGODA - JPEG I am the Associate Chief Medical Officer at CommUnityCare Health Centers, a Federally Qualified Health Center in Austin, TX dedicated to the care of local vulnerable populations. I have helped lead the organization’s COVID-19 response, involving widespread community testing, alternative care delivery models, innovative safety protocols, and inter-agency coordinated care to ensure comprehensive support for vulnerable populations who have been disproportionately impacted by the COVID-19 pandemic.

The outpouring of support from the public for those working on the front lines has been emboldening and matched only by a sense of love and kinship among team members as we navigate this pandemic together, taking care of one another.

Nicolas YAGODA et son équipe - PNG
My message to the French community is that this pandemic has been wrought so much devastation, and in so doing has focused our attention on what matters most. It has helped bridge worlds perceived to have been too distant. In fact, perhaps, we are much closer than we imagined. We, in Austin, Texas, stand with you and celebrate you at a time when distance and time seem to have blurred, such that it feels we are living this together, right next to each other, right now.

Eglantine CLOCHER - Houston

Je suis infirmière de bloc opératoire aux États-Unis depuis 11 ans et depuis 2015, aide-opératoire à mon compte (RNFA, Registered Nurse First Assistant). Auparavant j’ai exercé 10 ans en France au sein du centre anti-cancéreux de la région PACA à Nice. Mon travail consiste à assister les chirurgiens lors d’interventions diverses. J’ai une grande expérience dans la cancérologie, l’ORL, la gynécologie et l’obstétrique. J’opère principalement dans les hôpitaux de l’ouest de Houston (Methodist, Memorial Herman).

EglantineClocher . - JPEGDurant cette crise, j’ai connu un moment fort de solidarité :
Avec quatre de mes amies françaises et américaines nous avons créé une page Facebook mi-mars pour apporter notre petite pierre a un édifice très important en ces temps de pandémie COVID-19 : pallier au manque de masques dans les hôpitaux et autres institutions comme les pompiers, la police, les maisons de retraites ou encore les lieux d’accueil des sans-abris. Cette initiative fut possible grâce à notre compréhension de la situation française au même moment (manque de masques et de visières de protection pour les soignants). Nous avons donc pu anticiper cette demande à notre niveau à sur le grand Houston. Grace a plus de 300 volontaires, nous avons pu produire et livrer plus de 20.000 masques, charlottes chirurgicales, visières et autre soutien-masque en impression 3D (aide à relâcher la pression du masque derrière les oreilles). Tout cela en moins de 4 mois, en incluant la logistique, la production et la livraison.

Eglantine Clocher - JPEG Mon message à la communauté française c’est que de belles choses peuvent voir le jour grâce à la solidarité de tous. Malgré la période très difficile dana laquelle nous nous trouvons, chacun a besoin du soutien des autres. Respecter la vie et le travail des soignants, c’est comprendre qu’il faut plus que jamais rester vigilant et continuer à appliquer les mesures barrières : rester chez soi le plus possible, porter un masque en public et se laver les mains régulièrement. Seuls, nous ne pouvons rien contre la pandémie, ensemble seulement nous en sortirons. Avec l’augmentation significative des cas positifs dans le sud des États-Unis, la solidarité à l’approche de notre fête nationale doit prendre tout son sens maintenant.

Michèle ZERAH - El Paso

Je pratique la médecine depuis plus de 35 ans. Ma spécialité c’est l’endocrinologie de pédiatrie. Je travaille pour Tenet Health et je conduis une clinique attachée à un hôpital local : Providence Children Hospital à El Paso .
Auparavant j’ai pratiqué à NYC, Long Island, Pensacola et Albuquerque et j’ai fait un peu de recherche.

La solidarité entre médecins est incroyable depuis le début de la crise du coronavirus. J’appartiens à plusieurs plateformes sur lesquelles on échange des information entre médecins de toutes spécialités sur le Covid. Nous avons reçu les informations des autres pays également : France, Italie, Espagne avant que cela n’apparaisse sérieusement ici et cela nous a aidés à influencer les décisions locales au niveau de la santé publique et des autorités locales.

Les pédiatres d’El Paso ont aussi établi une collaborations incroyable sur WHATSAPP sur laquelle nous échangeons des informations sur les PPE, les centres de dépistage, comment tester les malades et aussi discuter anonymement. Parfois nous postons des articles mais aussi pour se relaxer des photos de coucher de soleil ou des recettes de cuisine. C’est un soutien extraordinaire. J’ai également des échanges avec mes cousins français qui sont médecins.

A la communauté française, je dirais ceci, il faut être optimiste et penser à lutter comme dans une guerre mais cette fois contre un ennemi invisible. Résister à l’ennemi sans succomber au laisser-aller et la dépression. Il faut aussi être solidaire et s’aider les uns avec les autres. Penser aux autres et surtout mettre un masque en public, éviter les rassemblements et respecter la distance entre nous. On peut survivre et quand même voire la beauté, même avec de longues restrictions. Un jour cela ira beaucoup mieux mais en attendant, il faut faire ce qu’il faut avec ce qu’on a.

Marie SERIEYS-MICHAUD - Oklahoma

I have worked in healthcare as a Registered Nurse for 42 years, as a critical care nurse, in Idaho, Washington, Switzerland and since 2013, in Oklahoma at Integris Southwest Medical Center.

Marie SERIEYS-MICHAUD - JPEG During this crisis, my colleagues and director did not want me to work directly with COVID-19 patients because at 74, they felt I was at risk... I saw them relentlessly responding to the calls and work so hard in difficult circumstances, and very uncomfortable conditions... I saw them affected by the emotional stress caused by isolation and death, and also joy when success happened...

Please, think about the consequences of not following sanitary recommendations, for yourself, others and the healthcare workers.
As I am retiring, my thoughts will remain with all my colleagues who show so much professionalism and courage, day in day out, beyond duty... May they be protected and respected and be able to pursue their career at the bedside for a long time...

Matthew BURNS - Arkansas

I am an Infectious Diseases physician and am affiliated with the Central Arkansas Veteran’s Healthcare System. This is my 8th year out of fellowship.

JPEG - 26.3 ko

This VA has come together like a family. From the leadership, to the engineers, to the outside screeners, to the EMS staff (janitors), to the front line staff. I saw this hospital go from a wide open target to a fortress (much like the Bastille). I feel that we are the most prepared hospital in the whole state of Arkansas. Engineering was able to take us from 12 negative pressure rooms to over 100 in just a few weeks’ time. We developed our COVID units, set up screening testing, and treatment protocols, enrolled in clinical trials, started testing all admissions for the virus, and were quick to change things at a moment’s notice. The selflessness in healthcare is amazing in times of crisis. This is my CAVHS family and I am very proud of them and have never been more proud to work for the VA hospital.

It is unfortunate that this will be one of the few years la Fête Nationale (le Quatorze Juillet) will not be able to be celebrated in the normal exciting way since 1880. This pandemic will only make us stronger and bring us closer together as a community and as human beings. If we continue to look after each other and do the socially responsible thing, like social distancing, washing our hands often, and wearing a mask in public, we will come out the other side with smiles on our faces, in the history books, and a much stronger world. We are all brothers in this fight together no matter our race, nationality or skin color. We truly are a global family.

Dernière modification : 10/09/2020

Haut de page